L'APPRENTI SORCIER


John Williams  Harry Potter, suite symphonique

Paul Dukas  L'Apprenti sorcier

Anatoli Liadov  Kikimora

Antonin Dvorak  La sorcière de midi


Lionel Gaudin-Villard  direction et commentaires



Concerts en famille

Goûter à l'issue de chaque séance

BORDEAUX, THÉÂTRE FÉMINA

JANVIER

CONCERTS EN FAMILLE

dimanche 31, 14h

dimanche 31, 16h30

durée 60 minutes

tarifs

Places numérotées

Cat. Adulte : 26€

Cat. Jeune : 16€

La période d'Halloween, bien que de tradition anglo-saxonne, est pour nous l'occasion d'aborder un sujet qui passionne tout le monde quel que soit son âge : la magie et la sorcellerie


La saga Harry Potter a largement contribué à populariser ce thème à notre époque, toutefois bon nombre de compositeurs de la période romantique (XIXè siècle) l'ont abordé avec ingéniosité. Alors que Franz Liszt crée le poème symphonique pour servir ses propres oeuvres, cette forme musicale devient l'apanage des romantiques car totalement libérée des contraintes formels traditionnels.

Un poème symphonique raconte une histoire en musique, par conséquent tous les effets nécessaire à l'action sont autorisés et les compositeurs ont bien souvent rivalisé d'ingéniosité pour décrire leur sujet par les notes, les rythmes, les timbres. Les compositeurs de musique de film ont bien compris et assimilé toutes les possibilités expressives de l'orchestre. Certaines mélodies peuvent nous faire pleurer, d'autres nous faire sauter de notre fauteuil et créer l'angoisse ou la peur. 


Nous vous proposons un incroyable programme où l'orchestre endosse le rôle de Grand Magicien des Sons ! 


John Williams est l'un des plus grands compositeurs de musique de film, sa suite extraite d'Harry Potter ouvrira le concert et vous plongera dans l'ambiance.

Antonin Dvorak, compositeur tchèque, écrit un poème symphonique appelé La sorcière de midi; l'histoire est brève, la musique est saisissante. Anatoli Liadov, compositeur russe, s'essaya au genre musical avec toutes une série d'oeuvres originales, vous entendrez Kikimora sur des légendes slaves.

Enfin, Paul Dukas, compositeur français, connut un succès incroyable avec son poème symphonique l'Apprenti sorcier dont Walt Dysney en a tiré l'un de ses plus merveilleux dessin animé.

Programme

John Williams Harry Potter, suite symphonique

Antonín Dvořák La Sorcière de midi, poème symphonique

Anatoli Liadov Kikimora, poème symphonique

Paul Dukas L'Apprenti sorcier, poème symphonique

Paul Dukas

Antonín Dvořák

Paul Dukas est né à Paris le 1er octobre 1865 et mort dans la même ville le 17 mai 1935.

Il ne connaît pas de succès rapide en tant que musicien, et poursuit en parallèle une carrière de critique musical.

En 1897, il crée lui-même à la direction d'orchestre son poème symphonique l'Apprenti sorcier et connaît un succès immédiat du public, tout comme son opéra Ariane et Barbe-Bleue en 1907.


Avide de littérature, Paul Dukas s'inspire d'une ballade de Goethe contant les aventures d'un jeune sorcier dépassé par la magie qu'il utilise. L'adaptation de Walt Dysney en 1940 pour Fantasia contribua à populariser cette oeuvre fantastique.


Paul Dukas était tellement perfectionniste qu’il détruira au cours de sa vie de très nombreuses compositions qu’il ne juge pas assez bonnes : seule, une quinzaine de morceaux nous est parvenue.

Antonín Dvořák quitte ses fonctions de directeur du Conservatoire de New York en 1895 et se réinstalle à Prague. Il y reprend son poste de professeur au Conservatoire, et compose deux poèmes symphoniques (sur quatre en 1896), une cantate, une chanson, sur des textes d'inspiration populaire que Karel Jaromír Erben (1811-1870) a publié sous le titre Florilège de poèmes nationaux, en 1853 et 1861. Parmi les quatre poèmes choisis figure La sorcière de midi, le plus court des quatre.

Si les poèmes symphoniques n'intègrent pas les vers du poète, Antonín Dvořák les a toutefois suivis de près, a même donné aux thèmes le rythme de la versification. Il prend un soin particulier aux détails narratifs, alors qu'en général le poème symphonique s'attache aux climats d'ensemble, ce qui a pour effet de fragmenter la forme. L'orchestration somptueuse, de tradition allemande, fait place à quelques effets inspirés de l'impressionnisme français.


L'œuvre a été entendue à Prague le 3 juin 1896, par l'Orchestre du Conservatoire en répétition, sous la direction d'Antonín Bennewitz, elle a été créée à Londres, le 21 novembre 1896, sous la direction de Henry Joseph Wood.


L'histoire : une mère qui ne vient pas à bout des caprices et colères de son enfant le menace d'appeler non pas le père Fouettard, mais la sorcière de midi ... et celle-ci apparaît. La mère défend son enfant. Quand le père revient du travail des champs, il trouve la mère évanouie et son fils mort.

Ce site web utilise les cookies. En cliquant sur « Accepter », vous acceptez notre utilisation des cookies.

Accepter