Loup

PIERRE ET LE LOUP Sergueï Prokofiev

L'œuvre

genre musique symphonique . conte musical avec récitant

compositeur Sergueï Prokofiev . 1891-1953 . russe

création 2 mai 1936 

instrumentation

voix 1 récitant

bois 1 flûte traversière, 1 hautbois, 1 clarinette, 1 basson

cuivres 3 cors, 1 trompette, 1 trombone

Percussions timbales, cymbales, caisse claire, grosse caisse, tambour de basque, castagnettes

cordes violons 1, violons 2, altos, violoncelles, contrebasses

Origine de l'œuvre

En 1935, lors d’un voyage à Moscou, Sergueï Prokofiev assiste à des spectacles donnés par le Théâtre Central pour Enfants de Moscou. En 1936, la directrice du Théâtre Central, Natalia Saz, lui propose de composer un conte symphonique pour enfants dans le but de leur présenter les différents instruments de l'orchestre. Immédiatement séduit, Sergueï Prokofiev écrit à la fois la musique et l’histoire de Pierre et le Loup en seulement une semaine. L’œuvre est jouée pour la première fois au Théâtre Central le 2 mai 1936 et rencontre tout de suite un grand succès qui n'a jamais faiblit depuis.

Entre 1936 et 1939, Prokofiev enrichit de nouveau le répertoire de l’enfance avec ses chansons La Bavarde (une petite écolière qui se parle à elle-même), Chansonnette sucrée (un générique de publicité pour la vente de bonbons au Théâtre Central pour Enfants), et Les Petits Cochons.

Un conte musical

pédagogique

Pierre et le Loup est à la fois un conte musical et une œuvre pédagogique dont le but est de familiariser les enfants avec les instruments de musique de l’orchestre, en les associant à des personnages et des animaux.

Prokofiev explique cela très clairement dans la préface de l’œuvre :

Chacun des personnages de ce conte est représenté par un instrument de l’orchestre : l’oiseau par la flûte, le canard par le hautbois, le chat par la clarinette staccato dans un registre grave, le grand-père par le basson, le loup par des accords de trois cors d’harmonie, Pierre par le quatuor à cordes, les coups de feu des chasseurs par les timbales et la grosse caisse. Avant l’exécution, il est préférable de présenter ces divers instruments aux enfants et de leur jouer des leitmotivs. De cette façon, ils apprendront sans effort à identifier les différents instruments de l’orchestre.

Résumé du conte

Un matin, Pierre - notre jeune héros - se promène dans le pré côtoyant sa maison et rencontre un oiseau, un canard et un chat.

Inquiet, le grand-père de Pierre ordonne au garçon de rentrer immédiatement, craignant que le loup ne surgisse. Il ramène Pierre dans le jardin et ferme la barrière à clé.

Une fois son grand-père rentré, Pierre aperçoit un loup qui arrive et avale le canard ! Grimpant dans un arbre dont l’une des branches s’étend jusqu’au mur du jardin, le jeune garçon, aidé de l’oiseau, parvient à capturer le loup avec une corde et un nœud coulant. Lorsque les chasseurs paraissent, Pierre leur annonce qu’ils arrivent trop tard et qu’il a déjà capturé le loup.

Tous conduisent la bête au jardin zoologique en une marche triomphante.

 

Brève biographie

Le 23 avril 1891 à Sontsivka, Sergueï Prokofiev est né après la grande vague des romantiques russes, marquée par le groupe des cinq. Il est bercé dès sa plus tendre enfance par le piano que sa mère maîtrisait parfaitement. Elle lui enseigne très tôt les bases de la musique.

Avec elle, il part à Moscou et suit les cours de Reinhold Glière. Il rejoint ensuite le prestigieux Conservatoire de Saint-Pétersbourg, où il est formé entre autre par Nikolaï Rimski-Korsakov pour l’orchestration et Nicolas Tcherepnine pour la direction d’orchestre.

Il affiche très tôt son esprit indépendant et novateur, et n’hésite pas à se déclarer meilleur que ses camarades.

 

L’exil

Lorsque la Révolution éclate, Sergueï Prokofiev décide de partir pour le Caucase, où il se sent serein pour composer. Souvent touché par la censure, il finit par quitter le pays en même temps qu'Igor Stravinski. Il soutient quand même le régime avec qui il reste en relation. Il en profite pour visiter les États-Unis et l’Europe. Il compose toujours des œuvres liées à l’univers de l’opéra, du théâtre ou des ballets. En France, il se rapproche de Picasso et Matisse, en même temps que ses liens deviennent tendus avec Stravinski. On oppose souvent la perfection de Stravinski et le style minéral et rocailleux de Prokofiev.

Finalement, le compositeur décide de retrouver l’URSS.

 

Le sommet de la gloire

De retour en URSS en 1933, il coopère très régulièrement avec les différentes institutions du pays pour valoriser la musique dans tous les arts : le Bolchoï, le cinéma, les arts pour enfants… Son ballet Roméo et Juliette et sa musique pour enfants Pierre et le loup ont beaucoup de succès.

C’est surtout au cinéma que le génie de Prokofiev, très futuriste, s’exprime le mieux. Il compose Le lieutenant Kijé pour le réalisateur Alexandre Feinzimmer ou encore la musique des films de Sergueï Eisenstein comme Alexandre Nevski et Ivan le Terrible.

Prokofiev a certes écrit des œuvres « officielles », mais il convient de rappeler que durant sa vie en URSS, sa femme a été déportée en Sibérie et sa fille prise en otage… Pendant la Seconde guerre mondiale, il vit réfugié au Caucase avec sa femme. Il meurt le 5 mars 1953, le même jour que Staline – une heure avant!

Serguei Prokofiev